lundi 22 janvier 2018

Johnny Hallyday - Concert pour l'éternité


La vie continue, on finira bien par s'habituer à son absence. Ce qui est sûr, c'est qu'on ne l'oubliera pas.

Oui, la vie continue, et on rencontrera toujours les mêmes qui disaient que Johnny c'était pas de la musique, c'était du bruit ! Les mêmes aussi qui juraient, la main sur le cœur, qu'il chantait en play back, qu'il était évadé fiscal en Suisse, ou à Los Angeles, ou alors à Saint-Barth… enfin, il fraudait le fisc, c'est sûr ! Et la drogue, et les clopes, et l'alcool, et le sexe, et la débauche…

Et puis, tous les ans, Michel Drucker nous fera une émission Spéciale Johnny où des candidats de la Star Ac' viendront pourrir l'œuvre du Patron en se trémoussant comme des gorets qu'on égorge. Tous raconteront une anecdote avec Johnny dont on se fout royalement… sauf Drucker qui gloussera comme une vieille folle qui aurait avalé un grumeau. Avec un peu de chance, Patrick Bruel nous fera bien un petit album de reprises !

Heureusement, il y aura aussi ces soirées avec Jean-Marc, René, Luc, Étienne, Nanar et tous les autres frappadingues du gars Jojo. Après avoir démarré le teppaz, on dégoupillera quelques boutanches de Jack et la conversation reprendra comme avant : « Ouaih, Johnny, c'était bien entre 60 et 80, après c'était d'la merde ! » — « Putain, t'es con : son meilleur album, c'était celui de Berger ! » — « Et Sang pour sang du fiston, il sent le poireau ? » — « Ey, Keith ! Fais tourner les Knachis ! »

Il ne faudra pas longtemps pour qu'on se retrouve tous à poil sous la lune à beugler « Que je t'aimeuh ! Que je t'aimeuh !… » Les plus fragiles vomiront sans doute sur les bégonias de la voisine… on s'en fout, on l'aime pas, la vieille bique ! Il sera alors temps pour chacun de regagner ses pénates, avant que la maréchaussée ne s'invite aux festivités à grands coups de pin ! pon !

Le lendemain, on se réveillera avec un troupeau de bonobos parkinsoniens dansant le kazatchok dans le crâne, et une haleine à faire calancher toutes les michetonneuses de la rue de Buda ! Et on se dira : vivement la prochaine soirée avec Jean-Marc, René, Luc, Étienne, Nanar et tous les autres frappadingues du gars Jojo !

Restons vivants !

>>>>> SOUVENIRS, SOUVENIRS

01 - Cet homme que voilà (1979 - Pavillon de Paris)
02 - Le feu (1981 - Live)
03 - Le bon temps du rock 'n' roll (1982 - Palais des Sports de Paris)
04 - Hey Joe (1984 - Zénith de Paris)
05 - Pendue à mon cou (1987 - Palais Omnisports de Paris-Bercy)
06 - Je suis né dans la rue (1990 - Palais Omnisports de Paris-Bercy)
07 - Je veux te graver dans ma vie (1992 - Palais Omnisports de Paris-Bercy)
08 - O Carole (feat. Joey Greco, guitare) (1993 - Parc des Princes)
09 - Quelque chose de Tennessee (1994 - La Cigale, Paris)
10 - Chanter pour toi (1996 - Las Vegas)
11 - Gabrielle (1998 - Stade de France)
12 - Rock 'n' Roll Attitude (2000 - Olympia)
13 - Essayez (2003 - Parc des Princes)
14 - Honky Tonk Women (avec Amy Keys) (2006 - Palais des Sports de Paris)
15 - La musique que j'aime (2006 - La Cigale, Paris)
16 - Que je t'aime (2009 - Stade de France)
17 - Deux étrangers (2012 - Zénith de Lille)
18 - Oh ma jolie Sarah (2012 - Stade Gerland de Lyon)
19 - I Who Have Nothing (avec Amy Keys) (2012 - Galaxie d'Amnéville)
20 - 37ème étage (Eddie Cochran Cover) (feat. Brian Setzer) (2013 - Théâtre de Paris)

jeudi 18 janvier 2018

King Cover #36


« Un jour, je te ferai bouffer tes couilles ! »

Il y a 14 ans, j'avais 14 ans. Il y a 14 ans, j'ai perdu ma virginité sous les coups de boutoir d'un immonde salopard. Pétrifiée par la honte et le dégoût, je n'ai jamais parlé de cette agression à personne. Comment avouer à ses parents qu'on a été violée par son prof de sport ? Et comment leur faire comprendre que la peur et le désarroi m'ont empêché de me débattre ? Pendant tout ce temps, j'ai préféré ruminer ma colère.

Insidieusement, une vilaine mélancolie s'est mise à me ronger. J'ai pensé au suicide. J'ai même eu envie de mutiler cette partie de mon anatomie à tout jamais souillée. Il m'a fallu des jours et des jours pour canaliser ma rage. Des semaines, des mois et des années à ressasser les seuls mots que je voulais cracher à la gueule de celui qui avait saccagé mon enfance : « Un jour, je te ferai bouffer tes couilles ! »

Et ce jour est arrivé !

L'immonde salopard est encore dans les vap, il émerge doucement. Je crois qu'il ne comprend pas ce qui lui arrive, je ne suis même pas sûr qu'il m'ait reconnue. Il tente de défaire ses liens, mais ses mains et ses pieds sont solidement arrimés aux quatre coins du grand lit en fer. Alors il gueule, il crache, il menace…

Avec précaution, je retire un bistouri de son emballage stérile. Ça fait longtemps que j'attends ce moment : aujourd'hui, je vais lui faire bouffer ses couilles… et le reste avec !

>>>>> RIS DE VEAU

01 - Alison Moyet - La chanson des vieux amants (Jacques Brel)
02 - Gal Costa - Calling You (Jevetta Steele)
03 - Debauchery - I Can't Dance (Genesis)
04 - Carly Simon - Lili Marlene (Lale Andersen)
05 - Marissa Nadler - Solitude (Black Sabbath)
07 - Igit - Au cœur de la nuit (Téléphone)
07 - Jimmy Scott - Sorry Seems to Be the Hardest Word (Elton John)
08 - Shocking Blue - Jambalaya (Hank Williams)
09 - Bonnie Raitt - I Need You Tonight (INXS)
10 - Bettye LaVette - Nights in White Satin (The Moody Blues)
11 - Jimmy Carl Black - Mercedes Benz (Janis Joplin)
12 - The La De Da's - All Along the Watchtower (Bob Dylan)
13 - Shannon Wright - I Started a Joke (Bee Gees)
14 - Blues Air - Mademoiselle chante le blues (Patricia Kaas)
15 - Nashville Pussy - Nutbush City Limits (Ike and Tina Turner)
16 - Chris Farlowe - Only Women Bleed (Alice Cooper)
17 - The O'Reillys and the Paddyhats - The Boxer (Simon & Garfunkel)
18 - Angela Aki - True Colors (Cindi Lauper)

mardi 16 janvier 2018

Linger


But I'm in so deep
You know I'm such a fool for you
You've got me wrapped around your finger
Do you have to let it linger ?

lundi 15 janvier 2018

Une chanson (Shenandoah)


Le Missouri est une rivière tumultueuse
Loin de toi, rivière qui roule
Le camp des peaux-rouges se trouve sur ses berges
Je suis retenu là-bas, de l'autre côté du Missouri

Un homme blanc aimait un jeune fille indienne
Loin de toi, rivière qui roule
Son canoë était chargé de bibelots
Je suis retenu là-bas, de l'autre côté du Missouri

« O, Shenandoah, j'aime ta fille »
Loin de toi, rivière qui roule
« Je vais l'emmener avec moi sur les flots agités »
Je suis retenu là-bas, de l'autre côté du Missouri

Le chef a dédaigné les dollars du commerçant
Loin de toi, rivière qui roule
« Ma fille ne te suivra jamais »
Je suis retenu là-bas, de l'autre côté du Missouri

Enfin, un skipper yankee est arrivé
Loin de toi, rivière qui roule
Il a  fait un clin d'œil et incliné sa pagaie
Je suis retenu là-bas, de l'autre côté du Missouri

Il a vendu de l'eau de feu au chef
Loin de toi, rivière qui roule
Il a volé sa fille et lui a fait traverser la rivière
Je suis retenu là-bas, de l'autre côté du Missouri

« O, Shenandoah, j'ai envie de t'entendre »
Loin de toi, rivière qui roule
« À travers cette large et tumultueuse rivière
Je suis retenue là-bas, de l'autre côté du Missouri »

Les origines de cette chanson du folklore nord-américain sont incertaines. Il n'est cependant pas déraisonnable de les situer au début du 19è siècle.

À cette époque-là, nombreux étaient les voyageurs venus du vieux continent qui sillonnaient le Missouri et le Mississipi à bord de leurs canoës pour faire commerce de fourrures. Qu'ils soient Écossais, Irlandais, Gallois et même Français, tous imprégnés d'une profonde tradition musicale. C'étaient des hommes rudes, solitaires qui avaient réussi à tisser des liens de confiance et d'amitié avec les populations amérindiennes et à partager avec elles des bribes de leurs cultures respectives.

Si la mélodie reste inchangée, les paroles ont évolué au fil des années. Elles racontent notamment l'histoire d'un trappeur tombé amoureux de la fille du chef indien Shenandoah, et décide de l'emmener avec lui sur les flots tumultueux de la rivière.

Rebaptisée Our Great Virginia, elle est devenue l'hymne officiel de l'état de Virginie en 2015. Les références à Shenandoah y sont encore présentes, mais il s'agit dans ce cas de la rivière Shenandoah qui lézarde paisiblement avant de se jeter dans le Potomac.

Après ce cours magistral d'histoire/géo, il est temps que je vous laisse savourer cette jolie compile qui n'aurait jamais vu le jour sans un sérieux coup de pouce du destin… aujourd'hui, nous l'appellerons Zocalo !

>>>>> MIGHTY RIVER

01 - The Bats
   02 - The Tierney Sutton Band
      03 - Pete Seeger
         04 - Paul Robeson
            05 - Van Morrison and The Chieftains
               06 - Arlo Guthrie
                  07 - Sissel Kyrkjebø
                     08 - Ryczące Dwudziestki
                        09 - Son Of Rogues Gallery (feat. Tom Waits and Keith Richards)
                           10 - Trampled by Turtles
                              11 - Charlie Haden & Pat Metheny
                                 12 - Marc Johnson
                                    13 - Storm Weather Shanty Choir
                                       14 - Bob Dylan
                                          15 - Hayley Westenra
                                             16 - Youn Sun Nah
                                                17 - Tony Carey
                                                   18 - Bruce Springsteen
                                                      19 - Sharlette Azuaje & Yoan Darz
                                                          20 - Rene Marie

dimanche 14 janvier 2018

Ace of Spades


Ain't a hope in hell ?
Nothing is gonna bring us down
The way we fly
Five miles off the ground
Because we shoot to kill
And you know we always will
It's a bomber, it's a bomber

    MetallicNanA


    Au commencement, il y a eu des filles comme Janis Joplin : des pionnières, des meneuses de revue, bourrées de talent et totalement dénuées de complexes.

    Et nous, comme des crétins, on s'est même pas méfié ! On s'est dit que ça leur passerait bien avant qu'on ait liquidé le cubi de rosé ! Mais on a été happé pas une lame de fond qui nous a chamboulé le cœur. On ne pensait pas qu'on pourrait devenir accro et on se retrouve, 40 ans plus tard, la cervelle en miette dès qu'on entend Move Over.

    Le rock au féminin, c'est comme le chocolat : si tu manges un carré, t'es sûr que la tablette va y passer !

    >>>>> ROSA FUMETTO

    01 - Wolvespirit (Debby Craft) - You Know That I'm Evil
    02 - Freerock Saints (Areti Valavanopoulou) - Shot Down in Flames
    03 - The Idle Rich (Jennifer Spitler & Holly Winters, guitar, vocals) - Down the Hall
    04 - Burning Witches - Black Widow (Seraina Telli, vocals - Jeanine Grob, bass  -
           Romana Kalkuhl & Alea Wyss, guitar - Lala Frischknecht, drums)
    05 - Soraia (ZouZou Mansour, vocals - Brianna Sig, drums) - Monster
    06 - E.O.T. (Maja Kolarić, bass, vocals) - Defibrilacija
    07 - The Rumours (Carli Foxx, guitar, vocals - Ela Rose, bass) - Hot Bang
    08 - Ex People (Laura Kirsop, vocals - Vicki Dawson, drums) - Not a Drill
    09 - Morningstar (Tasmin Morningstar, vocals) - The Hammer Falls
    10 - Gold (Milena Eva) - Summer Thunder
    11 - Lousy Riders (Snow Wauna, guitar, vocals) - Radiation
    12 - Sabbath Assembly (Jamie Myers) - Does Love Die ?
    13 - Substratum (Amy Lee Carlson) - Who Am I ?
    14 - Ava Inferi (Carmen Susana Simões, vocals - Joana Messias, bass) - Onyx
    15 - Morrighans (Fanny Thibert, vocals - Séverine Demmer, keyboards) - Schizophrenia
    16 - Pushed (Jo Beth) - Take It Back
    17 - Earth Electric (Carmen Susana Simões) - Sabbatical Moons
    18 - Oceans of Slumber (Cammie Gilbert) - Suffer the Last Bridge

    mercredi 10 janvier 2018

    David Bowie : The Magnificent Show


    Le monde entier a déjà salué la carrière phénoménale de David Bowie — sa vie, son œuvre, sa mémoire. Tant de belles choses ont été écrites sur mister Jones, que tout ce que je pourrais rajouter ne serait qu'un baratin insipide et dérisoire.

    Ici et maintenant, je voudrais donc plutôt remercier tous ces anonymes qui, un jour ou l'autre, se sont pointés aux concerts de Bowie avec un petit magnéto planqué dans le slip, pour capter au plus près les performances de l'artiste. Merci à eux d'avoir partagé leur cueillette. Merci aussi à tous ceux qui ont regroupé les pièces de ce formidable puzzle et nous permettent aujourd'hui d'accéder à l'île au trésor en quelques clics.

    Grâce à tous ces passionnés, l'âme du poète continuera de vivre à travers les siècles. Et grâce à eux encore, j'ai réussi à constituer un carnet de voyage à travers le monde entier… sur les traces du géant.

    >>>>> STARMAN

    01 - Sunday (12.10.2002 - St. Anns Warehouse, New York)
    02 - Lady Stardust (08.01.1997 - Madison Square Garden, New York)
    03 - Seven (02.10.1999 - Astoria Theatre, London)
    04 - Little Wonder (17.02.1997 - French TV Canal+)
    05 - Waiting For the Man (Lou Reed Cover) (23.03.1976 - Nassau Coliseum, New York)
    06 - Absolute Beginners (06.06.1987 - Platz der Republik, Berlin)
    07 - China Girl (01.07.2002 - L'Olympia, Paris)
    08 - White Light/White Heat (The Velvet Underground Cover) (13.07.1983 - Forum de Montréal)
    09 - Modern Love (30.08.1987 - Olympic Stadium, Montréal)
    10 - Ziggy Stardust (05.08.1990 - Milton Keynes, Buckinghamshire)
    11 - The Jean Genie (08.04.1997 - WBCN Radio Station, Boston)
    12 - Young Americans (27.09.1990 - Estadio Nacional, Santiago)
    13 - Drive in Saturday (25.11.1972 - Entertainment Arena, Cleveland)
    14 - Heroes (22.05.1978 - The Stadthalle, Vienna)
    15 - Days (19.09.2003 - French TV France 2)
    16 - Always Crashing in the Same Car (09.09.1997 - 105FM Radio Show, San Francisco)
    17 - Seven Years in Tibet (08.04.1997 - Radio Station 99X, Atlanta)
    18 - Life on Mars ? (20.09.1990 - Praça da Apoteose, Rio de Janeiro)

    lundi 8 janvier 2018

    RÉSISTE ! [ par Zocalo ]



    01 - La minute de silence
    02 - Cet air-là
    03 - Bébé comme la vie
    04 - Attends ou va-t'en
    05 - Diego libre dans sa tête
    06 - Chanson pour que tu m'aimes un peu
    07 - Big Fat Mama
    08 - C'est pas facile d'être une fille
    09 - Les princes des villes
    10 - Chanson indienne
    11 - La chanson d'Azima
    12 - Mon bateau de nuit
    13 - Plus haut
    14 - La fille d'un garçon
    15 - La chanson d'une terrienne
    16 - Toi que je veux
    17 - Ce soir je ne dors pas
    18 - Résiste

    dimanche 7 janvier 2018

    Poupée de cire, poupée de son


    C'est comme une gaieté
    Comme un sourire
    Quelque chose dans la voix
    Qui parait nous dire "viens"
    Qui nous fait sentir étrangement bien

    Un dimanche en 2017 - Décembre


    Et bonne année… hic ! Et bonne santé… prout ! C'est décidé, j'arrête la clope… kof ! kof ! Et pis, j'arrête de picoler aussi… euhhhhh !

    Rhâââ, putain ! Ça m'emmerde toutes ces bonnes choses qu'on souhaite à tout le monde, et qu'on n'y croit même pas ! Et pis ça fait chier aussi toutes ces résolutions qu'on prend en sachant pertinemment qu'on ne les suivra pas… ou alors l'année prochaine !

    Tout simplement, la nouvelle année m'emmerde ! Voilà, ça c'est dit !!!

    À cet instant précis de ma piteuse existence, mon seul plaisir c'est de vous offrir une rétrospective de ce qui s'est fait de mieux en matière de metal, le mois dernier. Et pour ce qui est des résolutions, désolé de vous le dire aussi froidement : en 2018, y'aura encore du metal qui vrille les tympans, du rock bien cradingue, du blues dégoulinant, de la pop sautillante, y'a du soleil et des nanas, on va s'en fourrer jusque là, pousse la banane et mous l'cawa…

    … et toujours pas de JAZZ ! 😁

    >>>>> CHRISTOPH SCHNEIDER

    01 - Götterdämmerung - Šedí Vlci
    02 - Wayward West - Blame It on the Witch, Doctor
    03 - Válvera - Demons of War
    04 - Iron Walrus - Take Care
    05 - Cosky & The Affliction - They're Watching
    06 - Wolf Wizard - Pegasus
    07 - Carnage Calligraphy - Failure of the Moth
    08 - The Atomic Bitchwax - Houndstooth
    09 - Amethyst - Acts of Betrayal
    10 - Survival Instinct - Eternal Brutality
    11 - Archaic - Last Man Standing
    12 - Sobchak - 30.16 (+D&B)
    13 - Venom - 100 Miles to Hell
    14 - VI - Nibiru
    15 - Samsara Circle - Skeleton Key
    16 - Spectral Haze - Ajaghandi
    17 - Hellfire Club - Dark Soul
    18 - Catapult The Smoke - Stone


    >>>>> SANDY WEST

    19 - Silent Descent - Gravesend
    20 - Musk Hog - Dirty
    21 - Anti Tank Nun - The Waste Land
    22 - Black Mammoth - Holy One Conspiracy
    23 - 41Thirty - It's On
    24 - Nemesis Alpha - The Monster in Me
    25 - Red Stone Souls - Void Walker
    26 - No Rest For The Jaded - Reborn by the Fire
    27 - Omega Sun - No Time to Stay
    28 - Global Scum - Betrayed
    29 - Chemical Rage - Break the Spell
    30 - Blackest Sin - Sticky Fingers
    31 - St. Demian - Alchemist
    32 - Strip The Soul - 40 Winks
    33 - N-O-M-A - Shades of Gray
    34 - Yasru - Ant Kadehi
    35 - Hollow - Delta F508
    36 - The Blacktones - Ghosts

    dimanche 31 décembre 2017

    Covered by Nina


    Je ne dois pas être le seul sur ce foutu caillou bleu à penser que Nina Simone est une des plus grandes artistes de tous les temps.

    Une voix extraordinaire, un charisme exceptionnel, pianiste virtuose, compositrice talentueuse et dotée d'une conscience politique affirmée, cette nana… pardon, cette Nina était destinée à entrer dans la légende.

    Figure emblématique du jazz, Nina Simone n'en était pas moins réceptive à toutes sortes de musique : blues, folk, soul, R&B, classique et ne rechignait d'ailleurs pas à picorer dans le répertoire de ses confrères.

    Si nous sommes réunis ici aujourd'hui, c'est pour juger de la valeur de ces copies. Et si, par le plus grand des hasards, vous me demandiez mon avis, je dirais qu'au pire elles égalent les originales, au mieux qu'elles les surpassent. Mais vous savez aussi que je n'y connais rien en musique, donc je vous laisse juger par vous-mêmes !

    >>>>> LITTLE GIRL BLUE

    01 - Il n'y a pas d'amour heureux (Georges Brassens)
    02 - To Love Somebody (Bee Gees)
    03 - I Put a Spell on You (Screamin' Jay Hawkins)
    04 - Just Like a Woman (Bob Dylan)
    05 - Nobody's Fault But Mine (Blind Willie Johnson)
    06 - My Way (Claude François)
    07 - Brown Eyed Handsome Man (Chuk Berry)
    08 - Here Come the Sun (The Beatles)
    09 - Ne me quitte par (Jacques Brel)
    10 - Let It Be Me (Gilbert Bécaud)
    11 - The Ballad of Hollis Brown (Bob Dylan)
    12 - House of the Rising Sun (Traditionnel)
    13 - Strange Fruit (Billie Holiday)
    14 - The Pusher (Steppenwolf)
    15 - Mr. Bojangles (Jerry Jeff Walker)
    16 - Suzanne (Leonard Cohen)
    17 - The More I See You (Dick Haymes)
    18 - Just Like Tom Thumb's Blues (Bob Dylan)

    samedi 30 décembre 2017

    Isto é… Gal Costa


    Je suis sûr qu'une petite balade au Brésil ne serait pas pour vous déplaire ! Rendez-vous donc à Salvador de Bahia qui a vu naître Gal Costa — Maria da Graça Penna Burgos, pour les intimes. Elle y passe  son  enfance  et  devient même gérante d'un magasin de disques, avant d'entamer, à tout juste 19 ans, une brillante carrière de chanteuse.

    Tout commence donc le 22 août 1964, lors du spectacle inaugural du théâtre Vila Velha de Salvador. Elle se produit sur scène au côté de Caetano Veloso, Gilberto Gil et Tom Zé. En 1965, elle enregistre son premier 45 tours en duo avec Maria Bethânia, la sœur de Caetano Veloso et son premier album, qui sort en 1967, est enregistré en collaboration avec ce dernier.

    En 1969, son deuxième album fait un carton monumental. Ce magnifique disque contient ses premiers tubes (Baby, Divino maravilhoso, Que pena, Não identificado…) qui deviennent vite des incontournables du répertoire brésilien. Son troisième album sort la même année. Il mêle musique brésilienne, pop, rock psychédélique et n'a rien à envier aux meilleurs enregistrements de rock de la côte ouest des États-Unis.

    Icône dans son pays, la sublime Brésilienne a produit près d'une trentaine d'albums, sans compter ceux enregistrés en public. Après plus de 50 ans de carrière, elle est toujours aussi lumineuse et pétillante. Pop, rock, jazz, bossa nova et toutes sortes de musiques ensoleillées figurent à son répertoire.

    L'avion pour Rio est en bout de piste… on n'attend plus que vous !

    >>>>> SÃO SALVADOR DA BAHIA

    01 - Maria Joana (ft. Caetano Veloso) (1967 - Domingo)
    02 - Lost in the Paradise (1969 - Gal Costa)
    03 - Cultura e civilização (1969 - Gal)
    04 - London, London (1970 - Legal)
    05 - Volta (1973 - Índia)
    06 - Flor de maracujá (1974 - Cantar)
    07 - O vento (1976 - Gal canta Caymmi)
    08 - Negro amor (It's All Over Now, Baby Blue - Bob Dylan Cover) (1977 - Caras & Bocas)
    09 - Paula e Bebeto (1978 - Água viva)
    10 - Estrada do sol (1979 - Gal Tropical)
    11 - Estrela, estrela (1981 - Fantasia)
    12 - Solar (1982 - Minha voz)
    13 - De flor em flor (1983 - Baby Gal)
    14 - Tililingo (1984 - Profana)
    15 - Musa de qualquer estação (1985 - Bem Bom)
    16 - Todos os instrumentos (1987 - Lua de mel como o diabo gosta)
    17 - Cabelo (1990 - Plural)
    18 - É d'Oxum (1992 - Gal)
    19 - Habib (1998 - Aquele frevo axé)
    20 - Epitáfio (2002 - Gal Bossa Tropical)
    21 - Kalu (2003 - Todas as coisas e eu)
    22 - Sexo e luz (2005 - Hoje)
    23 - Sexo e dinheiro (2011 - Recanto)
    24 - Quando você olha pra ela (2015 - Estratosférica)

    vendredi 29 décembre 2017

    Celebrities

    Je dédie cette jolie compile à des gourdasses comme Loana et autres Nabila qui sont élevées au rang de stâââââr, simplement pour s'être faites déglinguer dans une auge à cochons ou avoir étalé leur QI de moule avariée en prime time… parfois les deux en même temps.

    Ce n'est pas parce que Nikos et ses cons frères ne tarissent pas d'éloges sur ce genre de boudins saturés d'autant de silicone qu'il en faudrait pour rénover les tours jumelles du World Trade Center, que l'on doit laisser passer la caravane sans aboyer.

    S'il vous plaît, mesdemoiselles, une fois dans votre triste vie, ouvrez une encyclopédie et lisez les articles dédiés aux femmes qui apparaissent sur cette compilation. Vous verrez qu'un destin glorieux ne se forge pas seulement en déballant sa viande aux hormones sur les plateaux de télévision.

    >>>>> OLYMPE DE GOUGES

    01 - Al DeLoner - Billie Holiday
    02 - OutKast - Rosa Parks
    03 - Dala - Virginia Woolf
    04 - Riona Sally Hartman - Frida Kahlo's Delight
    05 - Мёртвые Дельфины - Coco Chanel
    06 - The Johnstons - Angela Davis
    07 - Eels - Grace Kelly Blues
    08 - Tosca (feat. Anna Clementi) - Me & Yoko Ono
    09 - Jane Birkin - Aung San Suu Kyi
    10 - Sevdaliza - Marilyn Monroe
    11 - Solid Ground - Mata Hari
    12 - Country Joe McDonald - Calamity Jane
    13 - Portastatic - In the Manner of Anne Frank
    14 - Leonard Cohen - Joan of Arc
    15 - Army Of Lovers - The Ballad of Marie Curie
    16 - Sarah Jane Morris - A Horse Named Janis Joplin
    17 - Tom Zé - Brigitte Bardot
    18 - Joanne Broh Band - (Shake 'er) Like Josephine Baker

    jeudi 28 décembre 2017

    This Is… Joan Armatrading


    Joan Armatrading voit le jour en 1950 à Basseterre sur l'île Saint-Christophe dans les Caraïbes. Soyons francs : elle est dotée d'un sacré tempérament !

    En 1958, la famille Armatrading s'installe définitivement en Angleterre, à Birmingham. C'est à tout juste 14 ans que Joan commence à composer ses premières chansons sur une guitare troquée à un prêteur sur gages pour la modique somme de 3 £. Elle quitte l'école à 15 ans pour travailler dans une usine de fabrique d'outils d'où elle se fait virer assez rapidement : la demoiselle profitait de ses pauses pour improviser des concerts… je vous l'avais dit : sacré caractère !

    En 1970, elle rejoint la troupe de la comédie musicale Hair pour une tournée à travers le Royaume-Uni. C'est à cette occasion qu'elle fait la connaissance de l'auteure-compositrice et chanteuse Pam Nestor qui l'aide à écrire et composer son premier album, partiellement enregistré au Château d'Hérouville. Plutôt bien accueilli par la critique, ce disque ne connait malheu- reusement qu'un succès commercial mitigé. Le suivant subit à peu près le même sort. 

    Il faudra attendre son album éponyme, publié en 1976, pour que le talent de la jeune femme soit enfin reconnu à sa juste valeur. Dès lors, sa carrière décolle pour un vol long-courrier. En 2007, son album Into the Blues prend la tête de l'US Billboard Blues Chart, faisant de Joan Armatrading la première artiste féminine du Royaume-Uni à réaliser une telle performance.

    Une carrière sans faille, un répertoire riche et varié, un talent incontestable et cette inébranlable force de caractère font que Joan Armatrading s'est naturellement imposée comme la principale source d'influence d'une nouvelle génération de chanteuses à textes, parmi lesquelles Tracy Chapman, Melissa Etheridge,Tanita Tikaram, Fiona Apple, Shawn Colvin...

    >>>>> DROP THE PILOT

    01 - My Family (1972 - Whatever's for Us)
    02 - Steppin' Out (1975 - Back to the Night)
    03 - Like Fire (1976 - Joan Armatrading)
    04 - Kissin' and a Huggin' (1977 - Show Some Emotion)
    05 - You Rope You Tie Me (1978 - To the Limit)
    06 - Simon (1980 - Me Myself I)
    07 - The Weakness in Me (1981 - Walk Under Ladders)
    08 - Bad Habits (1983 - The Key)
    09 - Love by You (1985 - Secret Secrets)
    10 - Laurel and the Rose (1986 - Sleight of Hand)
    11 - All a Woman Needs (1988 - The Shouting Stage)
    12 - Something in the Air Tonight (1990 - Hearts and Flowers)
    13 - Crazy (1992 - Square the Circle)
    14 - Back on the Road (1995 - What's Inside)
    15 - Ocean (2003 - Lovers Speak)
    16 - Liza (2007 - Into the Blues)
    17 - Two Tears (2010 - This Charming Life)
    18 - Tall in the Saddle (2011 - Live at the Royal Albert Hall)
    19 - Tell Me (2013 - Starlight)

    mercredi 27 décembre 2017

    Carré d'As de Super Nanas (1)


    Hey, les mecs ! Accrochez-vous à vos caleçons fleuris, parce qu'aujourd'hui j'ai convoqué une horde de nanas qui en ont dans le string ! Accrochez-vous bien et surtout planquez vos couilles  !

    Non pas que ces nanas-là soient les pires teignes de la galaxie, simplement elles n'aiment pas trop qu'on leur chatouille les arpions. Y'en a qui ont essayé… Ne croyez pas non plus qu'elles soient coincées du bulbe : elles veulent seulement qu'on les écoute, qu'on les comprenne et qu'on leur fasse confiance.

    Ce sont des p'tites nanas qui crachent, qui vocifèrent, qui dénoncent, mais qui savent aussi parler d'amour. Elles sont belles, bourrées de talent, écrivent, composent, interprètent… ce sont tout simplement des super nanas !

    >>>>> WONDER WOMAN

    01 - Rickie Lee Jones - Altar Boy
    02 - Melissa Etheridge - The Angels
    03 - Tracy Chapman - Conditional
    04 - Shawn Colvin - The Neon Light of the Saints
    05 - Rickie Lee Jones - Jimmy Choo
    06 - Melissa Etheridge - Like a Preacher
    07 - Tracy Chapman - Talkin' Bout a Revolution
    08 - Shawn Colvin - Tennessee
    09 - Rickie Lee Jones - Show Biz Kids
    10 - Melissa Etheridge - 2001
    11 - Tracy Chapman - Give Me One Reason
    12 - Shawn Colvin - You and the Mona Lisa
    13 - Rickie Lee Jones - Woody and Dutch on the Slow Train to Peking
    14 - Melissa Etheridge - Breathe
    15 - Tracy Chapman - Bang Bang Bang
    16 - Shawn Colvin - The Bird

    mardi 26 décembre 2017

    This Is… Marianne Faithfull


    En 1964, les Rolling Stones ne sont encore qu'une bande de petits branleurs tout juste capables d'enregistrer des reprises de blues et de rock. La recette est certes payante, puisque leurs disques s'écoulent comme des pintes de Guinness dans les pubs de Dublin, mais, sous la pression de leur manager, Mick Jagger et Keith Richards se décident enfin à écrire leur première chanson originale — ce sera As Tears Go By. Cependant, ils la jugent trop sentimentale pour être incorporée au répertoire du groupe et préfèrent la confier à une jolie petite blonde toute mignonne d'à peine 17 ans : Marianne Faithfull.

    Le single sort le 7 juin 1964 et connait un succès phénoménal des deux côtés de l'Atlantique. La carrière de Marianne Faithfull est lancée. Parallèlement, le couple Jagger/Richards, qui inclut le titre sur l'album December's Children paru en décembre 1965, est enfin reconnu pour la qualité de ses compositions.

    En 1969, après la mort par overdose de Brian Jones, Marianne Faithfull co-écrit et publie Sister Morphine en 45 tours. Le titre, jugé choquant, est rapidement retiré des bacs. Il faudra que les Stones l'enregistrent à leur tour, sur l'album Sticky Finger, pour que la chanson connaisse enfin un succès international.

    Un tel début de carrière aurait dû représenter la voie royale vers une carrière prestigieuse. Malheureusement, entre drogue, amours tumultueuses et déchéance, la vie de Marianne Faithfull n'a pas été un long fleuve tranquille. Il faudra attendre la fin des années 70 et des albums comme Dreamin' my Dreams et Broken English, pour qu'elle récolte enfin quelques lauriers amplement mérités.

    Depuis, elle a collaboré avec, entre autre, Louis Bertignac, Metallica, Nick Cave, David Bowie, Blur, Étienne Daho, PJ Harvey, Lulu Gainsbourg, Rufus Wainwright, Keith Richards, Sean Lennon, Lou Reed, Laurent Voulzy, Brian Eno, Roger Waters… peu d'artistes peuvent se vanter d'un tel palmarès !

    >>>>> BROKEN ENGLISH

    01 - I'm a Loser (1965 - Marianne Faithfull)
    02 - Jabberwock (1965 - Come my Way)
    03 - Sunny Goodge Street (1966 - North Country Maid)
    04 - Don't Make Promises (1967 - Love in a Mist)
    05 - Sweet Little Sixteen (Chuck Berry Cover) (1976 - Dreamin' my Dreams)
    06 - Brain Drain (1979 - Broken English)
    07 - Eye Communication (1981 - Dangerous Acquaintances)
    08 - Blue Millionaire (1983 - A Child's Adventure)
    09 - Mud Slide Slim (James Taylor Cover) (1985 - Rich Kid Blues)
    10 - Love, Life and Money (1987 - Strange Weather)
    11 - Losing (1995 - A Secret Life)
    12 - Anger (1998 - The Seven Deadly Sins)
    13 - Incarceration of a Flower Child (1999 - Vagabond Ways)
    14 - Song for Nico (2002 - Kissin Time)
    15 - My Friends Have (2005 - Before the Poison)
    16 - Sing Me Back Home (feat. Keith Richards) (Merle Haggard Cover) 
           (2008 - Easy Come, Easy Go)
    17 - No Reason (2011 - Horses and High Heels)
    18 - Mother Wolf (2014 - Give my Love to London)

    lundi 25 décembre 2017

    Les demoiselles


    Les demoiselles dansaient sous la lune bleue.

    Les pieds nus dans le sable, elles dansaient et leurs longues chevelures dansaient aussi avec la brise littorale. Pour l'occasion, elles arboraient leurs plus beaux atours : Ézéphrine en mousseline beige, Psylvia en organdi safran, Diamante en satin parme et Perceneige en crêpe bleu ciel. Elles portaient des diadèmes fleuris, de longs colliers de nacre ruisselaient sur leurs poitrines frêles. Semblables à des compas, leurs jambes graciles dessinaient de larges arabesques sur le parchemin d'écume.

    Les demoiselles dansaient toujours.

    Une foule silencieuse s'agglutinait à l'orée du bois de sapins. Des mains tremblaient, des cœurs vacillaient, des yeux s'embrumaient. Le chant des tambourins descendait en flots tourbillonnants le long de la colline herbeuse. Et les demoiselles dansaient encore quand le buccin lança son sinistre râle à la nuit.

    Soudain, comme engendré par l'infini Pacifique, un brouillard sombre glissa entre les étoiles pour grignoter un peu plus le velours céleste. Une pluie fine irisa l'estuaire. Des griffes de feu zébraient l'horizon. Une méchante odeur de soufre s'immisça au plus profond de la lande. La brise devint blizzard. Un froid épais s'abattit sur les demoiselles. Elles se blottirent les unes contre les autres pour trouver un peu de chaleur, un peu de courage, un peu de réconfort.

    Les demoiselles ne dansaient plus.

    Fières comme des oriflammes, elles faisaient maintenant face à l'océan funeste. À la fois chasseresses et proies, maîtresses et esclaves, déesses et simples mortelles, elles attendaient — plutôt, elles espéraient — que le dieu Ymmël vienne enfin les épouser et les conduire en son lointain domaine orageux.

    Dans un vacarme apocalyptique, une colossale main noire descendit du ciel, happa les demoiselles sans ménagement et les emporta vers un pays de glace et de sang.

    Au lendemain, ne restait plus sur le sable ridé qu'un fatras mêlant mousseline beige, organdi safran, satin parme et crêpe bleu ciel.

    >>>>> MISTINGUETT

    01 - Zaza Fournier - Mademoiselle
    02 - Eagles Of Death Metal - Miss Alissa
    03 - The Jancee Pornick Casino - Mademoiselle
    04 - Passengers & Luciano Pavarotti - Miss Sarajevo
    05 - Francis Cabrel - Mademoiselle l'aventure
    06 - Mark Knopfler & Jools Holland - Mademoiselle Will Decide
    07 - Francoise Hardy - Une miss s'immisce
    08 - Petula Clark - Mademoiselle de Paris
    09 - Paul Personne - Miss Nature
    10 - Berry - Mademoiselle
    11 - Molly Hatchet - Miss Saturday Night
    12 - The Underground Youth - Mademoiselle
    13 - Mareva Galanter - Miss Hinano
    14 - Elvis Presley - Lawdy, Miss Clawdy
    15 - Saint Privat - Mademoiselle
    16 - Iggy Pop - Miss Argentina
    17 - Jerry Lee Lewis - Milkshake Mademoiselle
    18 - Patricia Kaas - Mademoiselle chante le blues (Remix)

    vendredi 22 décembre 2017

    Une semaine 100 % nanas


                                               Fantasques idoles
                                               Enivrantes muses
                                               Maîtresses dévoyées
                                               Mères essentielles
                                               Eternelles épouses
                                               Sœurs évanescentes



    Qui les aime les suive !
     
    Une semaine consacrée à la plus tendre portion de l'humanité.
    Sept jours parés d'atours vaporeux.
    168 minutes de musique, de Dim Up et de Chanel n° 5.
    10080 secondes d'un bonheur sucré et soyeux.

    Et, comme par magie, ça commence le jour de Noël.

    Jingle  bells,  jingle  bells,  jingle  all  the  way !



    mercredi 20 décembre 2017

    This Is… Paradise Lost


    Après trois décennies d'une carrière bien remplie, les membres de Paradise Lost refusent toujours obstinément de se ranger sous une quelconque bannière.

    Depuis 1988, la bande emmenée par Nick Holmes (chant) et Greg Mackintosh (guitare) a exploré bien des aspects de la musique metal jusqu’à en devenir une référence absolue. Que ce soit en débutant dans une sphère death, en expérimentant des sonorités électro-pop obscures sur l’album Host (1999), en flirtant avec l’industriel sur Symbols of Life (2002), ou en s'imposant comme l'un des pionniers du metal gothique avec Icon (1993), Paradise Lost fait fi des modes : il s’exprime spontanément, que cela l’amène à des évolutions stylistiques radicales ou non. En 2015, The Plague Within célébrait le retour aux sonorités de leurs débuts, sombres et massives. Medusa, leur ultime offrande, ne s’annonce pas moins violent ni plus lumineux.

    Groupe généreux, inventif, talentueux, fédérateur, intègre et qui préfère s'exprimer sur la scène plutôt que dans les médias… bref, un groupe hautement recommandable !

    >>>>> ONCE SOLEMN

    01 - Rotting Misery (1990 - Lost Paradise)
    02 - Shattered (1991 - Gothic)
    03 - Embraced (1992 - Shades of God)
    04 - Christendom (1993 - Icon)
    05 - Jaded (1995 - Draconian Times)
    06 - Sane (1997 - One Second)
    07 - Harbour (1999 - Host)
    08 - Fader (2001 - Believe in Nothing)
    09 - Erased (2002 - Symbol of Life)
    10 - Eternal (2003 - Live at the BBC)
    11 - Shine (2005 - Paradise Lost)
    12 - Requiem (2007 - In Requiem)
    13 - Mouth (2008 - The Anatomy of Melancholy) (Live)
    14 - Frailty (2009 - Faith Divides Us, Death Unites Us)
    15 - Enchantment (2011 - Draconian Times MMXI) (Live)
    16 - Crucify (2012 - Tragic Idol)
    17 - Terminal (2015 - The Plague Within)
    18 - Shrines (2017 - Medusa)

    lundi 18 décembre 2017

    Une chanson (Sunny)


                                            Sunny, hier ma vie était pluvieuse
                                            Sunny, tu m'as souri et tu as soulagé ma douleur
                                            Les jours sombres sont loin et les beaux jours sont là
                                            Ma Sunny qui brille si sincèrement
                                            Sunny, si authentique, je t'aime

                                            Sunny, merci pour le bouquet de soleil
                                            Sunny, merci pour l'amour que tu as mis dans ma vie
                                            Tu m'as donné tant et tant
                                            Maintenant, je me sens fort
                                            Sunny, si authentique, je t'aime

                                            Sunny, merci pour la vérité que tu m'a laissé voir
                                            Sunny, merci pour tout, de A à Z
                                            Ma vie était bousculée comme le sable dans le vent
                                            Mais un rocher s'est formé quand tu as pris ma main
                                            Sunny, si authentique, je t'aime

                                            Sunny, merci pour le sourire sur ton visage
                                            Sunny, merci pour pour la lumière que tu engendre
                                            Tu es l'étincelle qui met le feu en moi
                                            Tu es mon plus doux fantasme
                                            Sunny, si authentique, je t'aime


    Il y a quelques années, Jimmy et moi avions une discussion concernant la paternité de My Way : Claude François ou Paul Anka ? L'auteur originel ou celui qui avait offert une tribune planétaire à cette chanson mythique ? La question reste posée, mais la réponse n'a finalement que peu d'importance !

    Aujourd'hui, je me retrouve devant le même dilemme pour Sunny. Cette chanson a été écrite et composée par Bobby Hebb en 1963, et figure sur son premier album, édité en janvier 1966. En toute logique, on peut donc lui en attribuer l'entière paternité.

    Cependant, la première version enregistrée et publiée est celle de la japonaise Mieko Hirota. Elle apparait sur l'album Hit Kit Miko vol.2 sorti en octobre 1965. Accordons au moins à la jeune femme le titre honorifique de pionnière.

    Autre magie du calendrier, en 1975, le même Bobby Hebb propose une relecture de sa chanson à la sauce disco. À peine un an plus tard, le groupe  Boney M. connaitra un succès planétaire avec une version survitaminée qui mettra le feu aux dancefloors du monde entier.

    Finalement, quand une excellente chanson est reprise avec talent et originalité, elle devient un peu la propriété du "copieur" !

    >>>>> ONE SO TRUE

    01 - Mieko Hirota
       02 - Bobby Hebb
          03 - Wilson Pickett
             04 - The Electric Flag
                05 - Christoph Spendel & Lisa Shaw
                   06 - Cyrille Aimée
                      07 - Ella Fitzgerald
                         08 - Frank Sinatra & Duke Ellington
                            09 - James Brown
                               10 - Robert Mitchum
                                  11 - José Feliciano
                                     12 - Nancy Wilson
                                        13 - Ayo
                                           14 - Karl Morgan
                                              15 - Johnny Mathis
                                                 16 - Umami
                                                    17 - Dusty Springfield
                                                       18 - George Benson
                                                          19 - Bobby Hebb (version 1975)

    dimanche 17 décembre 2017

    Metal Suisse


    Et si on parlait de la Suisse !

    Vous savez, ce petit confetti posé au milieu de l'Europe, à peine plus grand que la Bourgogne et moins peuplé que l'Île-de-France. Ce petit pays qui a pour devise « Un pour tous, tous pour un » et dont les langues officielles sont le français, l'allemand, l'italien et le romanche. Ce petit pays, membre de l'espace Schengen, mais pas de l'Union européenne ni de l'Espace économique européen… pourquoi : on sent le pâté ?

    Ce fichu pays qui présente la deuxième meilleure espérance de vie au monde ainsi que le deuxième plus gros PIB par habitant. Ce satané pays qui est classé parmi les moins corrompus de la planète et premier en termes de compétitivité économique et touristique. Enfin ce screugneugneu de pays qui a vu naître le plus grand tennisman de tous les temps, en la personne de Roger Federer.

    Non mais franchement, comment ils font ces cochons d'Helvètes ? Parce qu'en plus de tout ça, ils sont à la tête d'une armada métallique propre à décoiffer tous les Knights in Satan's Service de la galaxie !

    + Confraternelle dédicace à notre tonton dealer de variétoche préféré ! 

    >>>>> ÄLPLERMAGRONEN +

    01 - Deus Ex Machina - Unfaithful Whispers
    02 - Hellvetica - Against the Odds
    03 - Wolf Counsel - Wolvenearth
    04 - Cosmosonic - A Night With the Devil
    05 - Sideburn - Crocodile
    06 - Crystal Ball - Deja-Voodoo
    07 - Freezes Deyna - Only Fucking Human
    08 - Samael - Red Planet
    09 - Eluveitie - Havoc
    10 - Hey Satan - Fallon City Messiah
    11 - Shakra - Raise Your Hands
    12 - Theoptia - Get Up
    13 - Peace Is Just a Break - Peace Is Just a Break
    14 - Hard Wretches - Rock You
    15 - Coroner - Read my Scars
    16 - The Möles - Can't Ever Get Enough
    17 - Contorsion - Inside the Blaze
    18 - Triptykon - Shatter

    jeudi 14 décembre 2017

    Carré d'As du Hard Rock Australien


    Nouveau carré d'as. Australien cette fois-ci, et consacré à des groupes de hard rock tout droit venus de l'autre bout du globe.

    À force de hargne et de ténacité, AC/DC s'est imposé comme l'un des plus grands groupes de rock de tous les temps. Une discographie irréprochable et le décès de son chanteur originel ont contribué à la légende et octroyé au quintet australien un statut équivalent à celui des Beatles, des Rolling Stones, de Led Zeppelin…

    La question reste posée : sans AC/DC, le hard rock australien aurait-il connu une telle audience planétaire ? Pas sûr !…  Dans le sillage de la Young Army, des légions de jeunes Autraliens énervés se sont répandues sur la planète et ont collé un sacré coup de booster au hard business.

    Pour former un carré parfait, ajoutons aux pionniers d'AC/DC, Rose Tattoo qui aura également vu disparaitre ses deux guitaristes en l'espace de trois ans, The Angels (Angel City) qui continuent leur route malgré la perte de leur chanteur fou et les petits jeunes d'Airboune qui incarnent avec brio la relève des grands anciens.

    Quatre fois quatre chansons qui risquent fort de vous coller une furieuse envie de vous démantibuler les cervicales ! For those about to rock, they salute you !!!

    Malcolm, on pense à toi.

    >>>>> NICOLE KIDMAN

    01 - Rose Tattoo - Astra Wally
    02 - AC/DC - Can't Stand Still
    03 - The Angels - Comin' Down
    04 - Airbourne - Rivalry
    05 - Rose Tattoo - Black Eyed Bruiser
    06 - AC/DC - Live Wire
    07 - The Angels - Ivory Stairs
    08 - Airbourne - Blonde, Bad and Beautiful
    09 - Rose Tattoo - Manzil Madness
    10 - AC/DC - Moneytalks
    11 - The Angels - Northwest Highway
    12 - Airbourne - Ready to Rock
    13 - Rose Tattoo - The Devil Does It Well
    14 - AC/DC - Riff Raff
    15 - The Angels - Waiting For the Sun
    16 - Airbourne - Runnin' Wild

    lundi 11 décembre 2017

    Das Ist… Joy Denalane [ par Zocalo ]


    « Continuons d'explorer en musique notre belle planète. Après avoir dégusté des tacos en Amérique du Sud, sillonné les fjords suédois, notre guide nous emmène sur les traces d'une sublime teutonne à la peau caramel. Sans mentir, si son ramage se rapporte à son plumage, elle est le Phénix des hôtes d'outre-Rhin ! »

    Joy Maureen Denalane voit le jour en 1973 à Berlin Ouest, d'une mère allemande et d'un père sud-africain. Probablement en désaccord avec ses parents sur son avenir professionnel, elle quitte la maison à 16 ans et débute sa carrière musicale dans les milieux rap de Berlin et de Stuttgart. Elle intègre des groupes tels que Tiefschwarz et Freundeskreis. C'est dans ce dernier groupe qu'elle forme un duo remarqué avec le rappeur Max Herre. L'association fonctionne tellement bien que le duo musical devient couple à la ville.

    Pourtant, ce n'est pas dans le rap que Joy se fait connaître, mais dans un style soul fortement teinté d'influence sud-africaine. Le titre "Im Ghetto von Soweto" enregistré avec l'excellent trompettiste Hugh Masekela fait un carton en Allemagne, en Autriche et en Suisse alémanique. Joy Denalane chante principalement en allemand, plus rarement en anglais, en xhosa et en shangan, deux langues natives sud-africaines. Sur scène, elle ne dédaigne pas reprendre  les grands standards de Billie Holiday.

    >>>>> BUNDESREPUBLIK

    01 - Stadt
    02 - In Due Time
    03 - Im ghetto von Soweto (feat. Hugh Masekela)
    04 - Niemand (Was Wir Nicht Tun)
    05 - Höchste Zeit
    06 - Let Go
    07 - Was auch immer
    08 - Mehr Als Wir
    09 - Vier Frauen (feat. Sara Tavares, Chiwoniso & Déborah)
    10 - Miscommunication
    11 - Chemical
    12 - Deshalb (feat. Ahzumjot)
    13 - Zwischen den Zeilen (feat. Rin)
    14 - Ich bereue nichts
    15 - Free
    16 - Geh jetzt
    17 - Rosen
    18 - Geh jetzt (Frico Remix)

    dimanche 10 décembre 2017

    Judas Priestess


    J'avoue qu'on a quand même bien rigolé quand les gamines de The Runaways ont débarqué dans notre rade avec leurs improbables brushings et leur dégaine de lourbardes à deux balles ! Mais quand elles ont branché les guitares et balancé les watts, là  on  s'en  est pris plein la poire ! « Hello, daddy, hello, mom ! I'm your ch-ch-ch-Cherry Bomb ! Hello world ! I'm your wild girl ! I'm your ch-ch-ch-Cherry Bomb ! » Elles nous ont tellement scotchés, les petites, qu'on s'en est pas encore remis !

    Peu de temps après, quand les Girlschool ont déboulé, on n'a carrément plus fait les malins. D'abord c'était les frangines à Lemmy, des teignes, des vraies dures à cuire, avec des tronches de tueur à gages. Elles aussi nous ont atomisé les tympans. Ah ! Ça, on faisait moins les kadors dans nos slips kangourou !

    Finalement, quand Angela Gossow nous a chopé par les couilles, on a enfin compris que le vent avait définitivement tourné : les meufs avaient pris le pouvoir sur la planète Metal. Et comme elles ont le cœur gros comme des bombardiers, elles permettent aux musicos mâles de s'exprimer à leurs côtés !

    >>>>> STELLA PATCHOULI

    01 - Infected Rain (Lena) - Endless Stairs
    02 - The Dirty Denims (Mirjam, guitar, vocals - Ashley, bass) - Back With a Bang
    03 - Psychedelic Witchcraft (Virginia Monti) - Set Me Free
    04 - Battle Beast (Noora Louhimo) - Rock Trash
    05 - Boss Hog (Cristina Martinez, vocals - Hollis Queens, drums) - Black Eyes
    06 - Brutus (Stefanie - vocals, drums) - Drive
    07 - Universe217 (Tanya Leontiou) - Counting Hours
    08 - King Woman (Kristina Esfandiari) - Shame
    09 - Synlakross (Patricia Pons) - Billy the Kid
    10 - Scarlet Rain (Carrie Anderson) - So Long
    11 - One Piece Puzzle (Ana Balkana) - Mama i Tata
    12 - Royal Skulls (Purple Pam, vocals - Gina Ilasi, drums) - Everything
    13 - Monday Mistress (Lindsey Graham) - Turn Off That Smile
    14 - Crystal Viper (Marta Gabriel - vocals, guitar) - I Fear No Evil
    15 - Satan's Hallow (Mandy Martillo) - Black Angel
    16 - Lola Colt - At War
           (Gun Overbye, vocals, guitar - Kitty Arabella Austen, keyboards - Sinah Blohberger, bass)
    17 - Electric Swan (Monica Sardella) - Sin's a Good Man's Brother
    18 - The Warning - Shattered Heart (Daniela Villarreal, vocals, guitar, piano - 
           Paulina Villarreal, drums, piano - Alejandra Villarreal, bass)

    mercredi 6 décembre 2017

    Toute la musique que j'aime


    Je n'étais qu'un fou, mais par amour
    Elle a fait de moi un fou, un fou d'amour
    Mon ciel, c'était ses yeux, sa bouche
    Ma vie, c'était son corps, son cœur
    Je l'aimais tant que pour la garder
    Je l'ai tuée, je ne suis qu'un fou
    Un fou d'amour, un pauvre fou
    Qui meurt d'amour

    lundi 4 décembre 2017

    This Is... U2


    Peu après la rentrée des classes de 1976, Larry Mullen, âgé de 14 ans, se fait renvoyer de la fanfare de la Mount Temple School, à cause de ses cheveux longs. Il décide alors de former un groupe de rock. Il est rejoint par Adam Clayton, cancre notoire, fréquemment convoqué dans le bureau du proviseur pour ses tenues excentriques et ses inséparables lunettes de soleil. Les deux compères font alors la connaissance de David Evans qui joue de la guitare. Finalement, Paul Hewson, un autre élève de cette école, trouve sa place au sein de la formation comme chanteur.

    En automne 1977, le Larry Mullen's Band, qui s'est rebaptisé Feedback, se produit pour première fois dans le réfectoire, à l'occasion d'un concours organisé par le lycée. Les adolescents interprètent maladroitement un medley de morceaux des Beach Boys, puis une reprise de Show Me the Way de Peter Frampton.

    Les Feedback décident de se rebaptiser The Hype. Paul Hewson s'approprie le pseudonyme  de « Bono » et présente son ami Dave Evans sous le sobriquet de « The Edge » (le tranchant, l'aiguisé).

    En mars 1978, c'est sous le nom de U2 que le groupe se présente pour participer à un concours sponsorisé par Harp Lager, Evening Press et CBS. Il décroche le premier prix, soit la somme de 500 livres irlandaises et une séance d'enregistrement aux Keystone Studios de Dublin, sous la direction de Jackie Hayden.

    La suite vous la connaissez : une flopée d'albums de légende, des hits comme s'il en pleuvait, des tournées gigantesques, plus de 170 millions d'albums écoulés, 22 Grammy Awards récoltés… respect, les gars !

    >>>>> NEW YEAR'S DAY

    01 - Twilight (1980 - Boy)
    02 - Tomorrow (1981 - October)
    03 - Surrender (1983 - War)
    04 - 40 (1983 - Under A Blood red Sky) (Live)
    05 - Bad (1984 - The Unforgettable Fire)
    06 - Exit (1986 - Joshua Tree)
    07 - Desire (1988 - Rattle and Hum)
    08 - Acrobat (1991 - Achtung Baby)
    09 - Numb (1993 - Zooropa)
    10 - One (ft. Micheal Stipe) (1994 - Zoocoustic) (Live)
    11 - Please (1997 - Pop)
    12 - Kite (2000 - All That You Can't Leave Behind)
    13 - Yahweh (2004 - How to Dismantle an Atomic Bomb)
    14 - Breathe (2009 - No Line on The Horizon)
    15 - Vertigo (2010 - 360° at the Rose Bowl) (Live)
    16 - Cedarwood Road (2014 -  Songs of Innocence)
    17 - 13 (There Is a Light) (2017 - Songs of Experience)

    dimanche 3 décembre 2017

    Un dimanche en 2017 - Novembre


    And when your fears subside
    And shadows still remain
    I know that you can love me
    When there's no one left to blame
    So never mind the darkness
    We still can find a way
    'Cause nothin' lasts forever
    Even cold November rain

    Quelle plus belle façon d'entamer une chronique que de déclamer quelques vers du sublime November Rain des Guns N' Roses. Et je suis sûr qu'Axl ne m'en voudra pas de lui voler la vedette pour quelques minutes.

    — Mmmm ! Freuh ! Freuh ! Mmm ! Geuh ! Frrreummfff !
    — Oui, nous aussi on t'aime, Axl !

    Novembre donc, qui est le onzième mois du calendrier grégorien. Jusqu'à preuve du contraire, il compte 30 jours et tire son nom du latin "novem", qui signifie "neuf" car c'était le neuvième mois de l’ancien calendrier romain. Je sais, tout le monde s'en branle, mais ce n'est pas parce qu'on est sur une chronique dédiée au metal qu'il faudrait se priver de quelques bribes de culture. 

    — Euhhhhh ? Mmmm ? Queu queu deuhhh ?
    — Comment, Axl, tu ne comprends pas le mot "culture" ?

    Rappelons aussi que le mois de novembre commence par la fête de tous les saints. Profitons-en donc pour saluer ceux qui veillent sur notre petite confrérie de mangeurs de disques : saint Lou, saint David, saint Lemmy, sainte Amy, saint Chuck, saint Leonard, saint Fats, saint Delpech et tant d'autres.

    — Geuh ! Beuh ! Rhôôô ! Screugneugneuh ! !
    — Oui, nous aussi on pense à toi, Axl !

    >>>>> MIKKEY DEE

    01 - Wolf Counsel - Semper Occultus
    02 - RichtWerk - Er
    03 - Collapsed Minds - Messiah 4.0
    04 - Rev Meter - The Devil's Cut
    05 - Greta Van Fleet - Edge of Darkness
    06 - Carubine - God on Drugs
    07 - General Cluster - Shield Wall
    08 - Hellsike - Nightmare
    09 - RoadkillSoda - Trust
    10 - Psycho Side - Monkey Stuff
    11 - Cavalera Conspiracy - Impalement Execution
    12 - Babylon A.D. - Crash and Burn
    13 - Corexit - Feeding the Demons
    14 - Egonaut - Initium
    15 - Reward - Time to Die
    16 - Morvigor - No Repentance
    17 - The Black Thunder - No More !
    18 - С-300 - Выбор Есть


    >>>>> ROGER TAYLOR

    19 - Moonspell - Todos os Santos
    20 - Purple Hill Witch - Celestial Cemetery
    21 - Low Torque - Mutant
    22 - Umbra et Imago - Fragen
    23 - Doomster Reich - Round the Bend Satan
    24 - Grobrock - Rockstar
    25 - Witchery - True North
    26 - Bark - Hollow Words
    27 - Dymytry - Iluze
    28 - Shakra - I Will Rise Again
    29 - No Return - Memories Turn to Ashes
    30 - Chainsaw - The First Crusade / Zaraza
    31 - Canine - From Ashes
    32 - DVSR - Therapy
    33 - Bleeding Mountains - Weightless
    34 - Chiro - Tunnel
    35 - Lionheart - Trial by Fire
    36 - Greenwich - Paradise

    jeudi 30 novembre 2017

    Une chanson : Smells Like Teen Spirit


    Charge les flingues et amène tes potes
    C'est marrant de perdre et de faire semblant
    Elle se fait chier, mais elle a confiance en elle
    Oh non, je sais, c'est un gros mot

    Salut, salut, salut, à quel point vas-tu mal ?

    Avec les lumières éteintes, c'est moins dangereux
    Nous voici maintenant, distrais-nous
    Je me sens stupide et contagieux
    Nous voici maintenant, distrais-nous
    Un mulâtre, un albinos, un moustique, ma libido

    Je suis le pire dans tout ce que je fais de meilleur
    Et pour ce don, je me sens béni
    Notre petit groupe a toujours existé
    Et le sera toujours jusqu'à la fin

    Et j'oublie juste pourquoi j'ai goûté
    Oh yeah, je crois que ça me fait sourire
    J'ai trouvé ça difficile, c'était difficile à trouver
    Oh bon, qu'importe, ça ne fait rien

    Un déni

    Je ne vais pas vous présenter Nirvana, tout le monde connait Nirvana. Je ne vais pas vous présenter Smells Like Teen Spirit, tout le monde connait Smells Like Teen Spirit !

    Cette chanson mythique est l'une des rares du répertoire des petits gars d'Aberdeen (USA) à avoir été cosignée par tous les membres du groupe (Cobain, Grohl et Novoselic). En moins de temps qu'il n'en faut pour rédiger cette chronique, Smells Like Teen Spirit s'est imposé comme l'hymne de toute une génération, entraînant avec lui l'album Nevermind qui s'est écoulé par palettes entières dans le monde entier, faisant passer Nirvana du statut de groupe underground à celui de phénomène musical international. Paradoxalement, c'est ce même disque qui va exacerber le mal-être de Kurt Cobain qui ne parviendra jamais à s’adapter à ce succès fulgurant.

    La suite de l'histoire, nous la connaissons tous. Elle est triste, elle est navrante. Mais il reste les mots de Cobain, repris ici par un essaim d'artistes qui se sont fait un plaisir de tordre et de détordre cette mélodie accrocheuse.

    Spéciale dédicace à monsieur Zocalo

    >>>>> NEVERMIND

    01 - Nirvana
       02 - Kina Grannis
          03 - Scott Bradlee's Postmodern Jukebox (ft. Alisan Porter)
             04 - Lelocity
                05 - The Wounded
                   06 - Lacassette
                      07 - Hitboutique
                         08 - Noah Gundersen
                            09 - "Sir" Oliver Mally's Blues Distillery
                               10 - Aoki Karen (ft. Jabberloop)
                                  11 - Mountain Men
                                     12 - Tori Amos
                                        13 - Scala & Kolacny Brothers
                                           14 - Paul Anka
                                              15 - Patti Smith
                                                 16 - Pimpi Arroyo
                                                    17 - Valerie Orth
                                                       18 - Furious Zoo
                                                          19 - The Flying Pickets
                                                              20 - Ituana